Passer au contenu principal

Cet article est le deuxième consacrés à la compréhension des virus et à la manière dont notre système immunitaire les combat, afin de pouvoir développer des diagnostics, des traitements et des vaccins.

Le système immunitaire semble simple dans la façon dont nous le percevons : nous contractons une maladie et présentons des symptômes communs tels que des éternuements et un mal de gorge pendant plusieurs jours avant que la maladie ne disparaisse et que nous nous sentions mieux. Nous prenons souvent des médicaments pour soulager les symptômes, et parfois nous avons besoin de traitements antiviraux ou antibiotiques. Notre système immunitaire fait partie de la vie quotidienne et, la plupart du temps, nous ne remarquons même pas qu'il fonctionne. La véritable histoire qui sous-tend nos expériences est toutefois extrêmement complexe, et les chercheurs continuent d'étudier et d'approfondir nos connaissances sur le système immunitaire.

Notre système immunitaire comporte deux parties : Le système immunitaire inné et le système immunitaire adaptatif

Le système immunitaire inné est notre première ligne de défense contre les agents pathogènes, toujours prêt à déclencher une réponse en cas d'attaque. Le système immunitaire adaptatif  se modifie (s'adapte) aux menaces à mesure qu'elles se présentent, de manière plus lente mais plus spécifique. Votre système immunitaire inné n'est pas seulement interne : votre peau et vos muqueuses, qui font partie de votre système immunitaire inné, constituent la première ligne de défense contre les agents pathogènes.

Lorsque les agents pathogènes parviennent à franchir ces premières défenses, votre organisme met en place une réponse immunitaire. Votre système immunitaire inné répond en premier et utilise plusieurs types de cellules et de molécules pour combattre les agents pathogènes, chacune ayant sa propre fonction. L'une de ces tâches consiste à neutraliser ou à tuer les agents pathogènes. Une autre consiste à communiquer avec le système immunitaire adaptatif afin qu'il puisse répondre à la menace. 

Le système immunitaire adaptatif comprend deux types de cellules dont le rôle est primordial : les lymphocytes B et les lymphocytes T. Les lymphocytes B sont spéciaux car ils peuvent reconnaître presque tous les types d'agents pathogènes et produire des anticorps qui aident à combattre les infections de diverses manières. Les lymphocytes B montrent également aux lymphocytes T comment reconnaître les fragments de protéines de surface des cellules infectées. Les lymphocytes T peuvent alors soit tuer la cellule infectée, soit aider d'autres cellules immunitaires.

En outre, certains lymphocytes B et lymphocytes T ont une « mémoire » qui permet au système immunitaire adaptatif de réagir et de fabriquer des anticorps plus rapidement si vous rencontrez les mêmes agents pathogènes ou des agents très similaires à l'avenir. La mémoire du système immunitaire n'est pas toujours permanente, et ne dure parfois que quelques semaines. Il existe même certains agents pathogènes, comme ceux responsables de la rougeole, qui peuvent effectivement « effacer » la mémoire de votre système immunitaire, vous rendant ainsi beaucoup plus vulnérable aux infections à l'avenir.

Que signifie « immunité » et quel rapport avec les anticorps ?

Lorsque les gens disent qu'ils sont « immunisés » contre une infection, ils font souvent référence à la présence d'anticorps contre un agent pathogène. Cependant, comme nous l'avons établi, l'immunité ne se limite pas aux anticorps et englobe en fait toutes vos réponses immunitaires. De plus, les anticorps eux-mêmes sont complexes, avec des structures et des fonctions différentes.

Les anticorps sont classés en cinq types différents selon leurs structures : IgG, IgM, IgA, IgD et IgE. « Ig » est l'abréviation d'« immunoglobuline », le terme scientifique pour les anticorps. Chaque type d'anticorps est composé de deux sections principales : la région constante et la région variable. La région constante reste la même dans chaque type d'anticorps, tandis que la région variable est ce qui change (varie) pour fabriquer des anticorps spécifiques à un pathogène donné.

  • Les anticorps IgG représentent 70 à 75 % des anticorps présents dans votre sang et sont responsables du déclenchement des processus de destruction de vos cellules infectées, ainsi que des particules étrangères telles que les bactéries.
  • Les anticorps IgM ne représentent qu'environ 5 % des anticorps présents dans le sang, mais ce sont les premiers que vos lymphocytes B fabriquent en réponse à une infection. Ils ont la plus grande force de liaison globale et jouent un rôle dans l'activation d'autres parties de la réponse immunitaire de l'organisme.
  • Les anticorps IgA représentent 10 à 15 % des anticorps et sont présents dans les fluides corporels, notamment le sang, le mucus nasal, la salive et les fluides intestinaux. Ils constituent la première défense contre les agents pathogènes inhalés et ingérés.
  • Les anticorps IgE sont les moins répandus et jouent un rôle dans les réactions allergiques. Ils initient également certaines parties de la réponse immunitaire de l'organisme aux agents pathogènes.
  • Les anticorps IgD aident les lymphocytes B à fabriquer des anticorps contre les agents pathogènes, ainsi que d'autres fonctions que les scientifiques étudient encore.

Les anticorps sont importants non seulement pour détruire les agents pathogènes, mais aussi pour intégrer toutes les parties du système immunitaire. L'immunité contre les infections se produit lorsque chaque partie du système immunitaire de votre corps répond efficacement à un agent pathogène et conserve ensuite la mémoire nécessaire pour combattre à nouveau cette infection à l'avenir.

Lire la partie 1 : Que sont les virus et comment nous infectent-ils ?

Les opinions exprimées dans cet article ne sont pas nécessairement celles de bioMérieux.


PARTAGER CET ARTICLE

  • Infectious Diseases