Passer au contenu principal

Expert invité : Chris Groke, PharmD, BCPS, BCIDP, Medical Science Liaison, bioMérieux

DATE DE PUBLICATION : 24 OCTOBRE 2022

La résistance aux antimicrobiens (RAM) représente une crise sanitaire mondiale. Chaque jour, nous sommes confrontés à un plus grand nombre d'infections qui ne peuvent être soignées avec les antibiotiques existants. Les données de 2019 montrent qu'environ 1,27 million de décès annuels dans le monde sont directement imputables à l'antibiorésistance, et que celle-ci est indirectement impliquées dans plus 4,95 millions de décès par an.

Dans le même temps, la majorité des grands laboratoires pharmaceutiques ont réduit ou supprimé leur recherche sur les antibiotiques en raison de difficultés de développement. Les nouveaux antibiotiques peuvent contribuer à améliorer les options de traitement et la prise en charge pour les patients, notamment contre les infections résistantes, mais la lutte contre l'antibiorésistance ne peut pas reposer sur le seul développement de médicaments.

De nombreuses sociétés pharmaceutiques ont abandonné le secteur des antibiotiques en raison des barrières posées à la recherche et des mesures d'incitation commerciale difficiles à maintenir pour de nombreuses sociétés. Aucune nouvelle classe d'antibiotiques n'a été découverte depuis les années 1980. La mise sur le marché de nouveaux antibiotiques peut prendre 10 à 15 ans pour un coût de plus d'1 milliard de dollars. Si de nouveaux antibiotiques sont découverts, ils devront être utilisés à bon escient en dernière intention contre les infections extrêmement résistantes. Selon l'OMS, les agents antibactériens en cours de développement clinique et ceux qui ont récemment obtenu l'autorisation de mise sur le marché ne suffisent pas à lutter contre la propagation croissante de l'antibiorésistance.

Depuis la découverte de la pénicilline il y a plus de 90 ans, les microbes ont continué à développer de nouvelles formes de résistance même contre nos molécules les plus puissantes. Selon Challenges for the Development of New Antimicrobials- Rethinking the Approaches, « les bactéries, qui ont précédé l'homme de plusieurs milliards d'années, ont développé une série complexe de mécanismes d'adaptation qui leur permettent de survivre dans des conditions difficiles et en présence de nombreux métabolites toxiques. »

L'émergence de bactérie résistante est une réponse biologique inévitable à l'usage des antibiotiques. Toutefois une stratégie globale de bon usage des antibiotiques peut prolonger la durée de vie de ces médicaments. Les professionnels de santé, universitaires, décideurs et autres acteurs de la santé publique devront adopter des stratégies multiples pour lutter contre la progression de l'antibiorésistance. Les diagnostics et les analyses de données de pointe peuvent contribuer à préserver les traitements existants pour les patients d'aujourd'hui et de demain. 

Comment pouvons-nous contribuer à préserver l'efficacité de nos antibiotiques ?

L'identification et la surveillance peuvent contribuer à préserver l'efficacité de nos antibiotiques. Nos outils diagnostiques étant de plus en plus perfectionnés, nous pouvons identifier la cause des infections avec une plus grande précision. Les outils diagnostiques peuvent améliorer la rapidité et la précision du diagnostic d'un patient, améliorant le choix du bon antibiotique et diminuant les risques d'effets secondaires comme les infections à Clostridium difficile.

Les outils diagnostiques peuvent également détecter la propagation des résistances et épauler la santé publique pour identifier les menaces et les tendances en matière d'infections. En associant des diagnostics efficaces aux données de surveillance des résistances, on peut traiter les infections de manière plus précise avec les bons antibiotiques dès le début.

Les professionnels de santé peuvent jouer un rôle de coordonnateurs et faire leur part pour aider à préserver l'efficacité des antibiotiques en appliquant les « cinq règles » de la bonne prescription : le bon médicament au bon patient à la bonne dose par la bonne voie d'administration et au bon moment. Se tenir informé des émergences en cours grâce à l'utilisation d'analyses avancées est un autre élément essentiel d'une stratégie réussie de bonne gestion.

Si le développement des antibiotiques a ralenti, il n'en va pas de même pour l'antibiorésistance. Nous devons nous efforcer de préserver l'efficacité de nos antibiotiques par le biais du diagnostic et de la bonne gestion.

« Il s'agit d'un processus continu et directement applicable » conclue Chris Groke. « Grâce aux progrès du diagnostic associés à l'analyse des données, nous pouvons éviter des traitements potentiellement nocifs et inutiles. »

 

Les avis exprimés dans cet article ne sont pas nécessairement ceux de bioMérieux..


SHARE THIS:

  • AMR AMS
  • Expert Opinion

< SWIPE FOR MORE ARTICLES >