Passer au contenu principal

L’antibiorésistance est l'une des menaces de santé publique les plus graves au monde. Selon une récente étude publiée dans The Lancet, les bactéries résistantes aux antibiotiques sont responsables chaque année de 1,3 million de décès directs et de 5 millions de décès indirects. Les estimations ont été faites en 2019, avant que la pandémie de COVID-19 n'aggrave le problème.

 

Malheureusement, les personnes les plus vulnérables au SRAS-CoV-2, responsable de la COVID-19, sont également les plus vulnérables aux infections résistantes aux traitements. Les personnes de plus de 65 ans et celles souffrant de comorbidités comme les maladies cardiovasculaires, le diabète, les maladies respiratoires chroniques et le cancer sont plus susceptibles de développer une maladie grave, quelle qu'en soit la cause.

De nombreux patients hospitalisés pour la COVID-19 ont reçu des médicaments antimicrobiens, mais relativement peu ont effectivement eu des co-infections bactériennes ou des infections secondaires. Cela signifie que de nombreux médicaments antimicrobiens peuvent avoir été administrés aux patients inutilement, contribuant ainsi à la propagation de l’antibiorésistance. Certaines études ont montré que des antibiotiques ont été administrés à la majorité des patients hospitalisés pour la COVID-19 et à 80 à 100 % des patients en soins intensifs pour la COVID-19.

« Depuis l'émergence de la COVID-19, les données collectées ont montré une augmentation de l'utilisation des antibiotiques, même si la plupart des maladies initiales traitées provenaient d'une infection virale COVID-19 », indique Dawn Sievert, conseillère scientifique principale pour la résistance aux antibiotiques au Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, dans un article publié dans le BMJ. « L'exposition accrue aux établissements de santé et aux procédures invasives qui en résulte, ainsi que l'utilisation accrue des antibiotiques, amplifie les possibilités d'émergence et de propagation d'agents pathogènes résistants. »

Comment les diagnostics peuvent aider

Les diagnostics peuvent contribuer à combattre la COVID-19 et l’antibiorésistance en aidant les médecins à prendre des décisions thérapeutiques informées. Grâce aux diagnostics, ces derniers peuvent déterminer si un patient est atteint de COVID-19, une co-infection ou une infection secondaire, et quel agent pathogène est à l'origine de l'infection. En particulier pour les infections graves, l'identification précise et rapide des pathogènes sanguins et les tests de sensibilité aux antimicrobiens peuvent aider les médecins à améliorer les résultats cliniques.

Comment les vaccins peuvent aider

Les vaccins peuvent également aider à lutter contre la COVID-19 et l'antibiorésistance. Ils sont essentiels pour prévenir les infections, y compris les infections résistantes. Les professionnels de santé peuvent s'assurer que les patients reçoivent les vaccins appropriés dans les délais prévus. Les patients doivent se renseigner sur les vaccins recommandés pour tous les âges et suivre les conseils de leur médecin.

Comment vous pouvez aider

La transmission de la COVID-19 et la propagation de l’antibiorésistance peuvent également être atténuées avec votre aide. Pour empêcher la transmission de la COVID-19, il faut comprendre comment le virus se transmet. Lavez-vous souvent les mains, portez un masque dans les lieux publics et pratiquez la distanciation physique (à au moins 1 mètre) avec les personnes extérieures à votre domicile. La propagation de l'antibiorésistance peut être freinée de plusieurs manières, notamment par des mesures de prévention des infections telles que le lavage des mains et l'utilisation appropriée d'antibiotiques. Vous devez vous faire vacciner selon les recommandations de votre médecin, utiliser les antibiotiques exactement comme ils vous ont été prescrits.

Nous ne devons absolument pas négliger le fait que la pandémie puisse augmenter l'antibiorésistance dans le monde. « Avant la pandémie de SRAS-CoV-2, vaincre l'antibiorésistance exigeait déjà une action mondiale urgente », affirme un éditorial publié dans le journal Nature. « Maintenant que nous sommes au milieu d'une pandémie, il est impératif de comprendre la pathogenèse [comment une maladie se développe] de l'infection par le SRAS-CoV-2 et le potentiel des co-infections bactériennes. »

Nom de fichier
22_AMR-Covid-Infographic_V4c-FRENCH.pdf
Taille
2 MB
Format
application/pdf

Les opinions exprimées dans cet article ne sont pas nécessairement celles de bioMérieux.


SHARE THIS:

  • AMR AMS
  • Infectious Diseases