Favoriser l’accès au diagnostic avec les Fondations

foundations.jpg

Show in media library: 
Dans le cadre du mécénat, bioMérieux soutient l’action de la Fondation Mérieux et de la Fondation Christophe et Rodolphe Mérieux, abritée par l’Institut de France.

Ces fondations familiales indépendantes travaillent en symbiose pour lutter contre les maladies infectieuses et améliorer de façon durable la qualité de vie et la santé des populations vulnérables, en particulier les mères et les enfants. En 2019, le soutien de bioMérieux a permis la réalisation de nombreux projets en faveur des populations vulnérables.

Renforcer la recherche

Les capacités de recherche appliquée dans les pays en développement sont l’une des priorités stratégiques de la Fondation Mérieux. Cet engagement passe par la formation des équipes de recherche locales, la mise en place de programmes collaboratifs de recherche et la création de laboratoires d’excellence, les Laboratoires Rodolphe Mérieux. Ils sont transférés aux acteurs locaux afin de garantir la pertinence et la pérennisation de leurs actions. Ils contribuent à renforcer les capacités locales de recherche et de formation et à fournir les analyses cliniques et biologiques dans les régions où ils sont implantés.

  • En 2019, le Laboratoire Rodolphe Mérieux de Beyrouth, observatoire des agents pathogènes et des maladies infectieuses au Liban, a été nommé laboratoire national de référence pour la tuberculose.
  • Au Laos, un laboratoire container de niveau P3 a été installé en 2019 au Centre d’Infectiologie Lao Christophe Mérieux pour permettre le diagnostic et le suivi de la tuberculose.

Accroître l’accès au diagnostic

bioMérieux fait don de systèmes BIOFIRE® FILMARRAY® aux Laboratoires Rodolphe Mérieux pour améliorer la surveillance des pathogènes.

La Société a déjà installé deux plateformes au Liban (à Tripoli et Beyrouth), une en Haïti et une à Madagascar.

En 2018, deux systèmes BIOFIRE® FILMARRAY® ont été installés au Bangladesh près des camps de réfugiés Rohingyas dans le cadre d’une étude de la Fondation Mérieux visant à identifier les pathogènes à l'origine des infections respiratoires aiguës dans le contexte d'une crise humanitaire, et à déterminer les interventions de santé nécessaires afin d’améliorer la prise en charge des patients dans un tel contexte. Ces systèmes seront ensuite dédiés au Laboratoire Rodolphe Mérieux du Bangladesh Institute of Tropical and Infectious Diseases (BITID) à Chittagong. Pour cette étude, bioMérieux a également fait la donation d’un mini VIDAS® et de tests VIDAS® B.R.A.H.M.S PCT™ pour le dosage de la procalcitonine.

 

Engagés dans la lutte contre le virus Ebola en République Démocratique du Congo

bioMérieux a soutenu les activités de la Fondation Mérieux dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de maladie à virus Ebola qui sévit en République Démocratique du Congo. À ce titre, bioMérieux a fait don

  • de systèmes BIOFIRE® FILMARRAY® et de panels Global Fever Panel-RUO (Réservé à une utilisation en recherche uniquement) et BioThreat-E (Ebola) ;
  • d’un système BIOFIRE® FILMARRAY® au laboratoire mobile développé par la Fondation Praesens pour permettre le dépistage d’Ebola dans des régions difficiles d’accès.

 

Agir pour la mère et l’enfant

Les Fondations sont impliquées auprès de partenaires locaux dans les pays où sont implantés les laboratoires et/ou qui connaissent des crises humanitaires. Elles interviennent dans le champ de la santé, de l’hygiène, de l’éducation et du développement d’activités socio-économiques pour améliorer les conditions de vie, l’accès aux soins et à la santé des populations vulnérables, en particulier les mères et les enfants.

Parmi les faits marquants, en 2019 :

  • En Irak, Inauguration du centre médico-social initié par les Fondations, dédié aux femmes et enfants Yézidis à Shekan ; une minorité qui a subi des persécutions, l’exil et des exactions de la part de Daech.
  • Au Liban, construction et inauguration d’un centre médico-social pour les réfugiés dans la plaine de la Bekaa, réalisées par la Fondation Mérieux, grâce au soutien de ses partenaires, la Fondation Christophe et Rodolphe Mérieux, la Direction de la Coopération Internationale du Gouvernement Princier de Monaco et l’Amel Association International.

bioMérieux aux côtés du centre Betania à Madagascar

En 2019, bioMérieux a apporté son soutien financier au centre Betania situé à Ankasina, quartier pauvre de la capitale Antananarivo, à Madagascar. Ce centre, dont la Fondation Mérieux est partenaire, est composé d’un dispensaire médical pour les femmes enceintes et les jeunes mamans, d’une école, d’une cantine pour les enfants ainsi que d’un jardin potager. Les fonds alloués par bioMérieux ont servi à réhabiliter le bâtiment médical et à construire un bâtiment sanitaire, dans le but de renforcer la prévention des maladies infectieuses.

 

Former les professionnels de santé

La Fondation Mérieux contribue à la mise en œuvre de programmes de formation internationaux, régionaux et locaux adaptés aux besoins et aux priorités de santé publique des différents territoires. En 2019, elle a délivré deux cours au centre des Pensières sur des thèmes en lien avec les activités stratégiques de bioMérieux, auxquels la Société a apporté son soutien et auxquels ont participé des collaborateurs :

  • 1ère édition du Cours sur la résistance aux antimicrobiens (RAM) : un défi « Une seule santé », uncours de 5 jours réalisé en partenariat avec l’université Paris-Diderot ;
  • 10e édition de ACDx (Advanced Course on Diagnostics), un cours intensif d’une semaine sur le diagnostic est proposé en partenariat avec la London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM).

 

 Prix Christophe Mérieux 

Avec le Prix Christophe Mérieux, la Fondation Christophe et Rodolphe Mérieux favorise une recherche locale de haut niveau et contribue à enraciner les chercheurs dans leur pays d’origine.

Le Dr Maryline Bonnet a reçu le Prix Christophe Mérieux é019 pour le programme de recherche sur la tuberculose qu’elle mène dans les pays en développement. Spécialisée en pneumologie et épidémiologie, elle est directrice de la recherche pour l’unité TransVIHMI de l’Institut de Recherche pour le Développement. Affectée à Mbarara en Ouganda depuis 2014, elle mène plusieurs projets de recherche sur la tuberculose et le VIH.