Pioneering diagnostics

Biomarqueurs

La découverte et la validation de nouveaux biomarqueurs permettent de développer une prise en charge personnalisée du patient. Les traitements sont ainsi parfaitement ciblés et donc plus efficaces.

bioMérieux mène des programmes visant à découvrir et/ou valider de nouveaux biomarqueurs à forte valeur médicale, en particulier dans le domaine des maladies infectieuses

Pour les patients en conditions critiques

En utilisant les technologies les plus appropriées, de nouveaux biomarqueurs sont en cours de validation pour améliorer le diagnostic et le suivi des maladies infectieuses dans les services d’Urgences et de Réanimation. Ces projets étudient la réponse immunitaire du patient afin de mieux caractériser les différentes phases d’une maladie infectieuse. L’objectif est d’aider le médecin à mieux comprendre la maladie et lui permettre de réagir plus rapidement. 

Pour le sepsis, par exemple, la découverte de nouveaux biomarqueurs permet :

 

  • d’identifier le plus vite possible une infection bactérienne ;
  • d’établir un pronostic d’évolution de chaque patient et de définir le plus tôt possible le risque d’aggravation ; 
  • de définir le profil immunitaire des patients afin de cibler le meilleur traitement ; 
  • de prévoir de façon extrêmement précoce les éventuelles défaillances d’organes ;
  • d’évaluer le risque de survenue d’une infection nosocomiale chez les patients immunodéprimés (ex : patients hospitalisés en réanimation ou souffrant d’un cancer, etc.).

Ces biomarqueurs contribueront à améliorer la prise en charge médicale des patients et ainsi à optimiser les dépenses de santé. Ils permettront notamment de guider l’utilisation des antibiotiques et de lutter contre la résistance des bactéries à ces traitements.

Les travaux de recherche de bioMérieux dans ce domaine sont notamment renforcés par une collaboration de longue date avec les Hospices Civils de Lyon au travers de deux Laboratoires Communs de Recherche situés à l’Hôpital Edouard Herriot et au Centre Hospitalier Lyon-Sud.

Pour la prise en charge des maladies infectieuses et tropicales

bioMérieux s’est donné comme priorité de renforcer ses activités dans le domaine des maladies infectieuses touchant les pays à ressources limitées. Plusieurs projets menés au Brésil, en Chine, en Inde et en Afrique visent à valider de nouveaux biomarqueurs pour améliorer le diagnostic et le suivi de maladies cosmopolites telles que la tuberculose, ou de maladies tropicales comme le paludisme, la maladie de Chagas ou la Dengue. Ces travaux sont notamment soutenus par l’accord de partenariat entre l’Institut Mérieux et l’Institut Pasteur, renouvelé en 2014.

Par ailleurs, bioMérieux a ouvert un Centre d’Excellence sur le Diagnostic des Maladies Infectieuses Tropicales au sein du Laboratoire Christophe Mérieux situé à Rio de Janeiro au Brésil. Ce centre vise à établir des collaborations avec des experts spécialisés dans les maladies infectieuses qui touchent l’Amérique latine, afin d’être au plus près des besoins de cette Région.

Dans le domaine du cancer, les équipes de recherche de bioMérieux travaillent conjointement avec l'Institut Mérieux et les oncologues du Fudan University Shanghai Cancer Center (Centre de cancérologie de l’hôpital universitaire de Fudan en Chine). L’objectif de ce partenariat est d’identifier et de valider des biomarqueurs pour le diagnostic précoce et le suivi de certains cancers, ainsi que pour la prévision de l’efficacité des traitements. 

Participation au programme ADNA

Le programme ADNA (Avancées Diagnostiques pour de Nouvelles Approches thérapeutiques), initié en 2006 pour une durée de 10 ans, a pour objectif de participer au développement d’une médecine personnalisée pour la prise en charge des maladies infectieuses, des cancers et des maladies génétiques rares. 

Fédéré par l'Institut Mérieux, le programme ADNA associe quatre partenaires principaux :

  • bioMérieux, dans le domaine du diagnostic in vitro ;
  • Transgene, pour le développement de vaccins thérapeutiques ;
  • Généthon, dans le domaine de la thérapie génique ;
  • GenoSafe, dans l’immunomonitoring.

Il fait également appel aux compétences d’autres acteurs : Commissariat à l’Energie Atomique (CEA), Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), CHU de Lyon, Hospices Civils de Lyon, STMicroelectronics et université Claude Bernard de Lyon.

Deux principaux axes de recherche sont développés chez bioMérieux dans le cadre du programme ADNA :

·         La découverte et la validation de nouveaux biomarqueurs à forte valeur médicale ;

·         La mise au point de nouvelles plateformes diagnostiques.