Milan, Italie - 25 avril 2002. La progression des résistances de bactéries aux antibiotiques confronte de nombreux médecins à des infections difficiles à traiter et pose un problème de santé publique. Les bactéries résistantes sont souvent la cause d’infections acquises à l'hôpital, des infections nosocomiales, qui frappent de plus en plus de malades dans les hôpitaux. Ces infections peuvent augmenter de façon significative les coûts des traitements et de l'hospitalisation, et prolonger l'hospitalisation des patients.

Les laboratoires de microbiologie pratiquent des antibiogrammes pour identifier les bactéries et déterminer l'efficacité des antibiotiques.

Les antibiogrammes
Les antibiogrammes pratiqués par les laboratoires d'analyse biologique à partir de prélèvements (sang, urine, plaies, etc.) consistent, après avoir cultivé et identifié les bactéries, à les exposer à différentes concentrations d'une sélection d'antibiotiques pour déterminer l'efficacité de ces derniers à inhiber la croissance bactérienne. On considère qu'une bactérie est «sensible», «intermédiaire» ou «résistante» pour chaque antibiotique testé. Le phénotype de résistance d'une bactérie est l'ensemble des résultats d'un antibiogramme pour cette bactérie.

Les médecins ont aujourd'hui à leur disposition plus de soixante-dix antibiotiques, regroupés en familles selon leurs principes d'action chimique, dirigés contre des centaines de bactéries plus ou moins pathogènes chez l'homme. La grande vitesse de reproduction des bactéries, êtres unicellulaires, leur permet d'évoluer très vite : en un demi-siècle d'utilisation des antibiotiques, certaines bactéries ont développé des mécanismes leur permettant d'échapper à l'action des antibiotiques les plus fréquemment utilisés contre elles.

Les mécanismes de résistance
Les antibiotiques ont un effet inhibiteur ou létal contre les bactéries :
- effet sur la paroi ou la membrane cytoplasmique (couche interne de la paroi),
- inhibition de la synthèse de protéines ou de la réplication de l'ADN.

Pour contrer les effets des antibiotiques, les bactéries ont développé des mécanismes de résistance spécifiques, que nous pouvons regrouper, schématiquement, en trois catégories :
- inactivation de l'antibiotique,
- modification de la cible visée par l'antibiotique (mutations permettant à l'ADN, l'ARN ou des protéines d'échapper à l'antibiotique),
- diminution de la quantité d'antibiotique à l'intérieur de la bactérie.

Les mêmes mécanismes peuvent se manifester chez différentes bactéries et être transmis de l'une à l'autre. Une même souche bactérienne peut aussi posséder plusieurs mécanismes de résistance.

Chaque mécanisme de résistance bloque l'activité de plusieurs antibiotiques de la même famille, d'où l'intérêt d'identifier les mécanismes de résistance et de ne pas se contenter de tester une série d'antibiotiques. Ceci permet de prévoir l'efficacité de médicaments non testés.

Une identification rapide et fiable des résistances est ainsi de la plus grande importance. Avec le système VITEK® 2 et son système expert d'analyse des résultats, AES (Advanced Expert System), bioMérieux® propose aujourd'hui une solution innovante pour faire face au défi des résistances émergentes.

VITEK® 2 et AES : une technique de pointe au service de la prévision
VITEK 2 est un système d'antibiogramme entièrement automatisé. Après l'inoculation avec la bactérie cultivée à partir de l'échantillon du patient, la carte VITEK 2 est introduite dans l'instrument. Cette carte de 64 micro-puits contient des antibiotiques représentatifs. En supprimant des étapes manuelles, l'automatisation permet de gagner du temps au laboratoire et garantit une uniformité des procédures d'analyse qui améliore la fiabilité des résultats.

L'interprétation des résultats d'un antibiogramme est extrêmement complexe et s'appuie sur une comparaison avec les phénotypes de résistance connus et identifiés. bioMérieux® est la première société à avoir commercialisé, dès 1989, un système expert d'identification des résistances bactériennes. Seconde génération de systèmes experts, l'AES bénéficie d'une expérience unique dans ce domaine de pointe. Le système expert de VITEK 2 (AES, Advanced Expert System) compare les phénotypes établis par VITEK 2 à une banque de données de plus de 2000 profils de résistance.

«L'AES est constamment mis à jour par nos équipes de recherche et développement», explique Joanna Gerst, Directeur - Affaires Médicales USA, bioMérieux. «Nous surveillons la publication de phénotypes de résistance dans les articles scientifiques et tirons partie de nos nombreux liens avec les meilleurs spécialistes mondiaux de microbiologie clinique pour bénéficier des informations les plus récentes.» bioMérieux utilise ces informations pour mettre constamment à jour la banque de données de l'AES.

L'AES fournit ainsi au microbiologiste un rapport précis et détaillé, fondé sur les dernières connaissances scientifiques, qui lui permet d'envisager avec le médecin le traitement antibiotique le plus efficace pour un malade particulier.

Des tests rapides, dans l'intérêt des malades
Avec VITEK 2 et l'AES, les phénotypes de résistance d'une bactérie sont entre les mains du laboratoire dans un délai de 6 à 8 heures après culture de la bactérie. Ce délai représente un gain de temps considérable par rapport aux autres procédés disponibles sur le marché qui réalisent l’antibiogramme en plus d’une journée. «Diverses études publiées dans la presse scientifique confirment que les médecins reçoivent l'identification et l'antibiogramme le jour même», souligne Joanna Gerst. «Cela peut permettre une évolution plus favorable de la maladie et des économies pour le système de santé.» La prescription du bon traitement aussi tôt que possible permet une guérison plus rapide et la diminution de la durée d'hospitalisation limite les risques d'infections nosocomiales. Ceci peut permettre de réduire les dépenses d'hospitalisation et de soins.

Quand un hôpital est confronté à une infection nosocomiale majeure, la rapidité d'obtention des résultats prend une dimension de santé publique en aidant à limiter dès que possible la propagation de l'infection.

En fournissant en 24 heures les résultats d'un antibiogramme, VITEK® 2 et son AES contribuent à améliorer le pronostic des malades et à diminuer les frais d'hospitalisation.