Pioneering diagnostics

La résistance aux antibiotiques et les infections liées aux soins

La résistance des bactéries aux antibiotiques

C'est un phénomène naturel, qui s’est amplifié et accéléré sous l’effet de l’utilisation immodérée des antibiotiques, tant chez l’homme que chez l’animal.

Sous l’action des antibiotiques, la plupart des bactéries sensibles sont détruites. Mais certaines peuvent survivre et s’adapter, en acquérant des « gènes de résistance », soit par mutation de gènes déjà présents, soit par l’acquisition de nouveaux gènes.

L’usage inadapté et non justifié des antibiotiques a entraîné l’émergence de souches bactériennes résistantes, rendant les antibiotiques inefficaces. Dans toutes les infections virales (rhumes, grippe, souvent les angines ou d’autres infections de la sphère respiratoire…), la consommation d’antibiotiques est inutile et même néfaste puisqu’elle augmente la résistance des bactéries aux antibiotiques.

Aujourd’hui, le traitement d’un nombre croissant d’infections telles que la pneumonie, la tuberculose, la septicémie et la gonorrhée est devenu difficile, voire impossible, suite à la perte d’efficacité des antibiotiques. Et la résurgence de certaines maladies, comme la tuberculose, est observée en raison de ces phénomènes de résistance.
De nouveaux antibiotiques sont en cours de développement, mais aucun d’entre eux n’est jugé efficace contre les formes de bactéries les plus résistantes. Ces nouvelles molécules ne seront pas disponibles avant 5 à 10 ans, alors que certains antibiotiques disparaissent du marché, ou ne sont plus efficaces.

 

Les infections liées aux soins

Ces infections, aussi appellées infections nosocomiales, sont contractées au cours des soins, et causées par des microorganismes (bactéries, virus, champignons). Elles sont favorisées par la sévérité d’une maladie sous-jacente, un terrain fragilisé (patients immunodéprimés, enfants prématurés, patients ayant reçu une greffe, personnes âgées…) ou l’exposition à des gestes médicaux invasifs. Les infections urinaires sont les plus fréquentes, principalement liées à la pose de sondes.

L’impact des infections liées aux soins est important sur les plans sanitaire et économique (source OMS) : 

  • Plus de 1,4 million de personnes dans le monde souffrent d’infections contractées à l’hôpital ;
  • Entre 5 et 10 % des patients admis dans des hôpitaux modernes de pays développés contractent une ou plusieurs infections ;
  • Dans les pays à ressources limitées, le risque de contracter une infection liée aux soins au cours d’un soin est 2 à 20 fois plus élevé que dans un pays à plus hauts revenus ;
  • Le coût annuel de ces infections est estimé entre 4,5 et 5,7 milliards de dollars aux États-Unis et à 1 milliard de livres sterling en Angleterre.